18 mars 2015 ~ 0 Commentaires

Compte-rendu 2ème table ronde avec les familles 9 février 2015 de 17h à 19h

Présentation des intervenants : réunion animée par Rita, référente bientraitance avec la participation de Sandrine, cadre de santé, du Dr. Rossa et en présence d’Antonia, la psychologue afin de faire le lien avec la réunion précédente organisée le 23 janvier 2015.

Réunion traitant de la prise en soins au sein de la maison de retraite avec deux grands axes de réflexion :

  • Comment améliorer la fluidité de circulation des informations et ainsi faciliter la communication des familles avec les équipes ?

 

  • Comment assurer une meilleure connaissance du suivi des soins ?

Dans l’ensemble, les familles sont satisfaites de l’accompagnement proposé et du travail fourni par les professionnels. Les familles ont également pu exprimer leur satisfaction quant à la nouvelle organisation des étages les midis et les après-midi permettant une présence plus importante des professionnels dans les salles-à-manger des étages et ainsi la création de véritables lieux de vie. Une difficulté persiste néanmoins, selon certaines familles, pour les résidants les plus lourds qui restent alités.

Les familles des résidants accueillis au PASA sont satisfaites de l’accompagnement de leurs parents au cours de la journée. L’accompagnement de proximité des professionnels dans ce lieu de vie bien identifié permet en effet d’assurer un meilleur suivi (cadre globalement rassurant pour les familles). C’est sur le modèle du PASA que le développement de lieux de vie aux SAM du 1er et du 2ème étage a d’ailleurs été envisagé.

Toutefois, quand la communication est compliquée voire impossible avec un proche, les familles sont angoissées car il est alors difficile de savoir ce qui est fait ou non au niveau de l’accompagnement. Les familles éprouvent un besoin important d’information.

Certaines familles ont souligné le fait que l’accès aux informations n’était pas difficile au sein de la maison de retraite et qu’il était toujours possible de trouver un professionnel susceptible de fournir des renseignements. Cependant, il y a un manque en termes de suivi ou pour obtenir des informations bien précises.

Il convient donc de réfléchir à des outils à mettre en place pour les familles démunies qui se sentent seules face à un parent qui ne communique plus et qui ne va pas bien.

L’objectif est donc de travailler ensemble sur des moyens de communication susceptibles de convenir au plus grand nombre.

Proposition : pourquoi pas par le biais d’échanges par SMS ou par mail pour les personnes qui ne peuvent pas venir régulièrement à la maison de retraite ?

Les familles aimeraient aussi connaître les horaires où il est possible de contacter les soignants et notamment les infirmières sans trop les déranger dans leur travail. Elles font notamment remonter le fait qu’à certains moments de la journée, notamment le soir, une seule infirmière est présente et que ce n’est pas forcément celle qui est affectée à l’étage où se trouve leur parent ce qui ne leur permet pas d’obtenir des informations satisfaisantes. De même, les aides-soignants de l’après-midi ne sont pas forcément bien informés de ce qui a pu se passer le matin. Par ailleurs, comment s’assurer qu’une information transmise par une famille à un agent soit bien transmise par la suite à ses collègues ?

Remarque : il est toujours possible pour une famille rendant visite à un proche de contacter les infirmières via les téléphones des chambres ou des couloirs si elles n’arrivent pas à obtenir certaines informations.

Certaines familles regrettent de ne pas savoir ce qui est fait au moment des toilettes des résidants, de ne pas avoir plus d’informations sur la prise en soins des résidants. Le Dr. ROSSA a alors expliqué que le maintien de l’autonomie, de l’estime de soi étaient recherchés lors de ces moments. L’objectif n’est pas de réaliser une toilette parfaite mais de stimuler au maximum les résidants en mobilisant leurs capacités restantes. Il est toujours possible de demander davantage d’informations à la cadre de santé.

A propos des interventions des kinés, certaines familles regrettent de ne pas avoir eu l’information comme quoi leur proche avait des séances chaque semaine. C’est dommage ! Beaucoup de choses sont faites au sein de la structure mais ne sont pas valorisées par faute d’information.

Les familles souhaitent également savoir quels sont les professionnels affectés au secteur dans lequel se trouve leur parent et désirent donc être informées à l’occasion des changements de secteur des agents opérés chaque année. En effet, il est difficile d’identifier les professionnels susceptibles de fournir la bonne information. Les changements de soignants peuvent être source d’angoisses pour les résidants. Réponse donnée aux familles : le découpage en secteur de l’établissement sur les matinées permet d’assurer un meilleur suivi des résidants. Au cours d’une année, les mêmes soignants suivent en effet les mêmes résidants. Des changements s’opèrent seulement une fois par an et sont profitables à tous dans le sens où ils permettent aux soignants de suivre de nouveaux résidants et de favoriser ainsi les remises en question.

Certaines familles soulignent le fait que malgré leur instance, il est difficile de trouver des réponses à certaines questions : notamment en ce qui concerne le déroulement des moments de repas.

Des familles voudraient avoir des informations relatives au suivi de leur parent par leur médecin traitant.

Remarque : le site Internet n’est pas à jour et c’est dommage.

Des familles ont exprimé le désir de mettre en place des cahiers de liaison dans les chambres des résidants qui ont le plus besoin d’un suivi au regard de leur état de santé. Le problème est qu’il apparaît difficile d’instituer ce cahier pour certains résidants et pas pour d’autres. De surcroît, ce type de cahier représenterait une tâche redondante pour les soignants qui réalisent déjà des transmissions sur le logiciel de soins dès lors que des éléments importants sont à communiquer au sujet d’un résidant.

Sandrine, la cadre de santé a rappelé que les familles pouvaient la contacter si elles avaient des difficultés pour obtenir certaines informations. La cadre peut en effet se renseigner en amont auprès des équipes et faire ensuite un retour auprès des familles au sujet des informations collectées.

 

Le Docteur Rossa, médecin coordonnateur, a également précisé qu’il pouvait recevoir les familles.

 

Rita, la référente bientraitance a ainsi rappelé qu’il était toujours possible de se tourner vers l’encadrement pour obtenir une réponse complète même si celle-ci peut ne pas être immédiate le temps de prendre tous les renseignements nécessaires.

Des familles ont aussi exprimé leur satisfaction : en appelant l’accueil de la maison de retraite, elles arrivent la plupart du temps à satisfaire leurs demandes.

 

Conseil donné aux familles : faire remonter les remarques, informations au plus vite auprès de l’encadrement dès lors qu’un dysfonctionnement est constaté. Cependant, certains résidants ont peur de représailles s’ils signalent les comportements inappropriés de certains agents auprès de la direction.

 

Proposition de se revoir en avril lors d’un groupe de travail afin de faire des propositions concrètes à mettre en œuvre au regard de ce qui a été discuté au cours de cette table ronde.

Commentaires clos.